Skip to content

Les oubliés du Mexique

14 février 2010

 

La plupart des communes les plus pauvres du Mexique compte une grande proportion de population indienne.

Le tremblement de terre qui a dévasté Haïti le 12 janvier dernier a mis en évidence l’extrême pauvreté dans laquelle vit la grande majorité des habitants de l’île. Avec un Indice de Développement Humain (IDH) de 0,532 en 2007, Haïti est le pays  d’Amérique Latine qui présente le plus faible niveau de développement en matière de santé, éducation et revenu, une situation équivalente à celle que l’on trouve dans des pays de l’Afrique sub-saharienne comme le Kenya ou le Soudan. Pourtant, on oublie trop souvent que plusieurs municipalités au Mexique ont un Indice de Développement Humain similaire, voire même inférieur à celui d’Haïti.

L’Indice de Développement Humain

L’IDH ou Indice de Développement Humain est un indice qui a été créé par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour évaluer le niveau de développement atteint par les différents pays du monde. Mais contrairement aux indicateurs classiques comme le PIB, l’IDH ne prend pas seulement en compte des variables d’ordre économique telles le revenu moyen par habitant, mais aussi des variables qui mesurent la dimension humaine du développement, comme l’espérance de vie à la naissance, le taux d’alphabétisation et le taux d’immatriculation scolaire.  L’IDH d’un pays a toujours une valeur comprise entre 0 et 1. Plus l’IDH d’une nation est proche de l’unité, plus le niveau de développement atteint par ce pays est considéré comme élevé.  

Le Mexique : un pays de grandes inégalités

Avec un IDH de 0,854 en 2007, le Mexique fait partie des pays du monde qui présentent un niveau de développement humain élevé, selon le dernier rapport publié par le Programme des Nations Unies pour le Développement en 2009. Mais cette réalité nationale relativement satisfaisante cache de grandes disparités régionales. Alors que la délégation Benito Juárez à Mexico et la municipalité de San Pedro Garza García dans l’Etat de Nuevo León ont un IDH égal à celui de pays développés comme l’Espagne ou l’Italie (IDH= 0,95),  48 communes au Mexique ont un IDH compris entre 0,435 et 0,598, c’est-à-dire qu’elles présentent un niveau de développement équivalent ou inférieur à celui d’Haïti, le pays le plus pauvre du continent. Parmi elles, on peut citer la commune de Coicoyán de Las Flores à Oaxaca, la commune de Mezquitic à Jalisco ou encore la commune Del Nayar à Nayarit. De façon générale, la majorité de ces circonscriptions se trouvent dans l’Etat d’Oaxaca (14 communes), Chiapas (10 communes), Chihuahua (7 communes), Guerrero (7 communes) et Veracruz (6 communes).

Les 10 communes les plus pauvres du Mexique

Commune Etat IDH
Cochoapa El Grande Guerrero 0,435
Batopilas Chihuahua 0,473
Coicoyán de Las Flores Oaxaca 0,476
Tehuipango Veracruz 0,498
Mezquitic Jalisco 0,516
San Martin Peras Oaxaca 0,527
  Haïti 0,532
Metlatónoc Guerrero 0,533
Del Nayar Nayarit 0,537
Santiago El Pinar Chiapas 0,539
Morelos Chihuahua 0,540

Fuente : PNUD, Indice de Desarrollo Humano  Municipal en México 2000-2005

Les oubliés du Mexique

Au total, cela signifie qu’environ 670 000 personnes au Mexique vivent dans une situation d’extrême précarité.  Alors qu’à l’échelle nationale, 92,8% des Mexicains âgés de 15 ans et plus savent lire et écrire, et que le taux de mortalité infantile est de 14 pour 1000 naissances, à Coicoyán de Las Flores, dans l’Etat d’Oaxaca, le taux d’alphabétisation des adultes n’est que de 28,9% et le taux de mortalité infantile atteint les 51,2 pour 1000 naissances. Par ailleurs, seulement 8,1% des habitants de Coicoyán de Las Flores sont connectés à un réseau d’eau courante et d’égouts sanitaires, et plus de 92% des maisons possèdent un sol en terre battue. Une situation qui se rapproche de la réalité haïtienne – à Haïti, le taux d’alphabétisation est de 62,1% et le taux de mortalité infantile de 57 pour 1000 naissances – et qui touche 47 autres circonscriptions de la République mexicaine.

Ces chiffres viennent nous rappeler que la misère dans laquelle vivent des millions d’Haïtiens – et qu’on a vu exposer sur la plupart des chaînes télé du monde après le tremblement de terre de janvier dernier –  existe aussi au Mexique. Alors que les centres de collecte à l’intention des sinistrés d’Haïti se multiplient à travers tout le pays, c’est une réalité qu’on a malheureusement trop souvent tendance à oublier. 

Pour plus d’informations, consultez :

http://www.undp.org.mx/IMG/pdf/IDH_Municipal_en_Mexico_2000-2005.pdf

http://www.contralinea.com.mx/video/morir-pobreza/05-coicoyan.htm

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :