Skip to content

Défendre les droits de l’homme: une activité dangereuse au Mexique

25 janvier 2010

L’organisation Amnistie Internationale a présenté jeudi 21 janvier un rapport sur la situation que vivent les activistes sociaux et défenseurs des droits de l’homme au Mexique. Le constat est alarmant: ces dernières années, des dizaines de lutteurs sociaux ont été arrêtés et incarcérés, voire même assassinés, souvent avec la complaisance des autorités locales et fédérales.

Le cas de Jesús Emiliano García

Jesus Emiliano García

Jesús Emiliano García est membre du Frente Democrático Campesino de Chihuahua, une organisation qui aide les paysans à obtenir des subventions agricoles et un prix équitable pour leurs récoltes.  Le 9 mars 2007, il a été arrêté et incarcéré, accusé du délit de sabotage par les autorités,  après s’être manifesté face à la délégation du Ministère de l’Agriculture  de l’Etat Chihuahua, aux côtés de 100 autres agriculteurs, pour réclamer des subventions qui leur avaient  été accordées en 2004.

« Les fonctionnaires du Ministère se sont fâchés et ont sollicité l’intervention de la justice, argumentant que j’avais interrompu l’activité économique de la nation », explique Jesús García.

Après 6 jours passés en prison,  Jesús est finalement relâché pour manque de preuve, mais il garde encore un souvenir amer de cette expérience.

« J’ai été incarcéré 6 jours, j’ai été traité comme le pire des criminels,  alors que les criminels qui méritent d’être attrapés circulent librement dans la rue », considère Jesús.

« Il est surprenant de voir qu’au Mexique, le délit de sabotage s’utilise pour réprimer ceux qui mènent les luttes sociales ; j’ai peur, chaque jour, je sors et mène mes activités, avec l’incertitude de ne pas rentrer chez moi le soir».

Un problème généralisé au Mexique

Malheureusement, le cas de Jesús Emiliano García n’est pas isolé. Dans son rapport intitulé « On réclame justice et dignité: défenseurs et défenseuses des droits de l’homme au Mexique »,  Amnistie Internationale présente 15 autres cas d’abus perpétrés entre 2007 et 2009 contre des activistes sociaux qui se battent pour défendre l’environnement, le droit des Indiens ou dénoncer les abus des autorités. Les abus incluent menaces, harcèlement, pratiques d’intimidation,  mais aussi la fabrication de délits pénaux et plusieurs assassinats.  

« Il est difficile de quantifier le phénomène, mais ce que l’on peut dire c’est que la situation est grave », a commenté Nancy Tapias Torrado,  d’Amnistie Internationale, lors de la présentation du rapport.

« Le Mexique fait partie des pays d’Amérique Latine où la situation des défenseurs des droits de l’homme est particulièrement critique, comme la Colombie et le Guatemala».

Face à cette situation, Amnistie Internationale a exhorté le gouvernement mexicain à instaurer de façon urgente un programme pour défendre et protéger les lutteurs sociaux.

« Au Mexique, le défenseurs des droits de l’homme sont menacés et assassinés et pour le moment, le gouvernement n’a pas pris les mesures adéquates pour résoudre le problème, il n’existe pas de mécanismes institutionnels pour protéger et défendre les lutteurs sociaux », a déploré Nancy Tapias.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :