Skip to content

Le supermarché du pauvre

28 août 2009

IMG_7001Depuis le 1 janvier 2009, le salaire minimum journalier en vigueur au Mexique est de 54,80 pesos[1], soit environ 4,1 dollars américains, si l’on se base sur le taux de change du 26 août 2009.

A première vue, c’est un salaire qui peut sembler raisonnable, si l’on considère que le nouveau seuil de pauvreté international fixé par la Banque Mondiale est de 1,25 dollars par jour et par personne, sur la base de la parité du pouvoir d’achat de 2005.

Mais que peut-on réellement acheter au Mexique aujourd’hui avec un salaire minimum ? Infosmexique a enquêté pour vous et est parti faire des courses à la Bodega Aurrera, une des lignes de supermarché les moins chères du Mexique, avec 54 pesos en poche.  Les résultats ne sont pas très encourageants.

Les saveurs de la misère

En gagnant 54 pesos par jour, un père de famille mexicain qui désire nourrir sa femme et ses 2 enfants peut acheter :

–       12 œufs Aurrera (20 pesos), 2 kg de tortilla de maïs (10,80 pesos), et 1 kg de frijol Abeto Flor de Mayo (20,40 pesos). Total : 51,20 pesos. Pour une famille de 4 personnes, cela équivaut à 3 œufs/personne, 500 g de tortilla/personne et 250 g de frijol/personne.

–       1 kg de riz (10,60 pesos), 1 Litre de lait (12,60 pesos), 1 kg de saucisses pour hot-dog (26,90 pesos). Total : 50,10 pesos. Pour une famille de 4 personnes, cela équivaut à 250g de riz/ personne, 1 verre de lait/personne, et 250g de saucisses/personne.

–        300 g de jambon américain Bafar (13,20 pesos), 180 g de fromage américain (16,20 pesos), 1/2 kg de tomate saladette (13,45 pesos), 1 oignon (2 pesos), 4 petits pains (4 pesos). Total : 48,85 pesos. Soit un sandwich par personne, qui contient 75 g de jambon, 45 de fromage, et 125 g de tomate.

–       2 boîtes de thon (19, 20 pesos), 1 kg de riz (10, 60 pesos), 1 paquet de gâteaux type cookies de 228 g (19, 90 pesos). Total : 49,70 pesos.

–       500 g de viande hachée Sirloin (33,27 pesos), 1 kg de pommes de terre alfa (19, 80 pesos). Total : 53,07 pesos. Soit pour une famille de 4 personnes, 125 g de viande/personne, et 250 g de pommes de terre/personne.

–       1 kg de  goyaves (12,9 pesos), 1 kg de bananes (8,90 pesos), 1 boîte de céréales Frosties d’1 kg (31, 20 p). Total : 53 pesos.

–       2 kg de sucre (32,50 pesos), 1 L d’huile végétale (18,30 pesos). Total : 50,80 pesos.

–       20 L d’eau purifiée  (16 pesos), une bouteille de Coca Cola de 2 L (14,80 pesos), 1 grand pain Blanc Bimbo (22 pesos). Total : 52,80 pesos.

–       14 couches Bebyto  (26 pesos) et 12 rouleaux de papier toilette Great Value (24, 90 pesos). Total : 50,90 pesos.

Bref, un caddie bien léger pour une famille de 4 personnes, et cela en considérant que le travailleur dépense la totalité de son salaire au supermarché et n’a pas de frais de loyer ni de transport!

Une réalité qui concerne plus de 15 millions de personnes

Loin de constituer une situation isolée, cette réalité concerne plus de 15 millions de travailleurs au Mexique, qui se voient obligés de faire leurs courses en comptant chaque pesos y centimes de pesos.

En effet, selon les statistiques de l’INEGI, au second trimestre de l’année 2009, 5 millions 622 mille travailleurs mexicains gagnaient mois d’un salaire minimum, soit 12,9% de la population active occupée, et 9 millions 623 mille travailleurs gagnaient entre 1 et jusqu’à 2 salaire minimum par jour, soit 22,2% de la population active occupée !

Qui sont les travailleurs concernés?  Les employés des entreprises de nettoyage  comme Proclean, ISS , qui sont chargés de nettoyer chaque jour des centaines de mètres carrés de bureaux; les travailleurs des maquiladoras textiles ; les téléopérateurs ; et certains ouvriers du secteur de la construction principalement.

« Le Mexique ne concurrence pas les Etats-Unis dans le domaine de l’innovation, mais il  les concurrence en terme du coût de la main d’œuvre, c’est pour cela que beaucoup d’entreprises de télémarketing  qui ont leur clientèle aux Etats-Unis sont basées au Mexique», a expliqué Omar  Escamilla, spécialiste en droit du travail, à Infosmexique.

« Le Mexique crée des zones de main d’œuvre particulièrement peu chères, c‘est une option pour s’intégrer au marché régional en Amérique du Nord ».

La baisse du pouvoir d’achat

En 2008, le salaire minimum journalier en vigueur dans la zone métropolitaine de Mexico était de 52, 59 pesos. Le salaire minimum journalier en vigueur à Mexico a donc enregistré une hausse de 4,2% entre 2008 et 2009.

Mais selon les statistiques de la Secretaría de Economía del Distrito Federal (Sedeco), dans le même temps, le prix des produits qui intègrent le panier de base de la ménagère mexicaine a enregistré une hausse de 12,6%. Alors qu’en juillet 2008, une famille devait dépenser 1624,78 pesos pour se procurer les produits de base dont elle avait besoin, en juillet 2009, il lui fallait désormais 1829,10 pesos. C’est plus que ce que gagnent les travailleurs qui touchent le salaire minimum à Mexico.

La situation est d’autant plus grave que la hausse des prix a été particulièrement forte dans le cas de certains produits alimentaires de base comme le frijol, dont le prix a augmenté de 49% en 1 an. C’est aussi le cas de lentilles, dont le prix a augmenté de 64,7% de juillet 2008 à juillet 2009, passant de 17 pesos le kilo à 28 pesos le kilo ; de la viande de porc dont le prix a augmenté de 60, 3%, passant de 44,90 pesos le kilo à 72 pesos le kilo ; des œufs dont le prix a augmenté de 34% ; et de la pomme de terre dont le prix a augmenté de 43%.

Sombre panorama donc pour les travailleurs les plus démunis, qui ne gagnent plus suffisamment d’argent pour manger tous les jours. Sans compter que la plupart de ces travailleurs ne bénéficient d’aucune protection sociale.

« C’est très difficile de survivre aujourd’hui au Mexique en gagnant le salaire minimum », résume Omar Escamilla.

« Les travailleurs qui gagnent le salaire minimum se trouvent dans une situation de grande vulnérabilité : ils n’ont pas la certitude d’avoir assez d’argent pour nourrir leurs familles tous les jours et en plus, la plupart n’ont pas le droit à la Sécurité Sociale…..»  

 


[1] Le salaire minimum journalier en vigueur au Mexique varie selon les zones géographiques : dans la zone métropolitaine de Mexico, il est de 54, 80 pesos ; à Guadalajara, il est de 53, 26 pesos ; et dans les états de Campeche, Colima, et du Chiapas, il  est de 51,95 pesos. 

Advertisements
One Comment leave one →
  1. 28 août 2009 6:16

    Très bonne enquête…

    Il est bien difficile pour les expats de se rendre compte à quel point l’augmentation du coût de la « canasta básica » peut affecter les ménages les plus modestes…. Merci de nous le rappeler.

    Et sinon, après l’achat de telles victuailles, je vous souhaite un bon appétit! 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :