Skip to content

Les illusions perdues des jeunes mexicains 1/2

29 juillet 2009
Les jeunes mexicains exigent de pouvoir étudier à l'université publique!

Les jeunes mexicains exigent de pouvoir étudier à l'université publique!

“Depuis toute petite, depuis l’époque où je jouais au docteur, je me suis toujours dit que je deviendrais médecin », raconte Julia, une jeune mexicaine de 18 ans.

Mais aujourd’hui, Julia ne sait pas si elle réussira à réaliser son rêve, car elle fait partie  des 118 977 lycéens qui ont présenté l’examen d’entrée à l’Universidad Nacional Autónoma de México (UNAM), la plus grande université publique du Mexique, et n’ont pas été sélectionnés.

Il faut dire que la concurrence était rude: pour des raisons de places, la UNAM n’a accepté que  12% de ceux qui ont passé le concours d’entrée, soit 16 929 candidats. A ceux-ci, il faut ajouter 24 mil 589 élèves, qui pour avoir été au lycée dans une institution qui appartient à la UNAM, ont le droit d’entrer directement à l’université.

La UNAM a fait savoir à travers un communiqué qu’elle avait fait tout son possible pour accepter le plus grand nombre d’élèves, mais pour Julia ce n’est pas suffisant.

« On ferme la voie aux jeunes qui veulent réaliser leurs rêves et s’accomplir », dit Julia avec colère, « moi, je n’ai pas d’argent pour faire des études dans une université privée ».

Selon le Mouvement des Aspirants Exclus de l’Education Supérieure (MAES), les 5 universités publiques de Mexico –la UNAM, la UPN (Universidad Pedagógica Nacional), la UACM (Universidad Autónoma de la Ciudad de México), la UAM (Universidad Autónoma Metropolitana), et l’IPN (Instituto Politécnico Nacional)- acceptent chaque année 50 mille étudiants, alors que plus de 165 mille élèves sortent du lycée chaque année.  Cela fait donc un déficit de plus de 100 mille places, 100 milles élèves qui, sauf s’ils ont suffisamment d’argent pour payer une université privée, devront renoncer à l’éducation supérieure, et à tous les avantages qu’apporte la possession d’un diplôme universitaire dans la vie d’aujourd’hui.

“Cela fait 2 ans que je présente l’examen et je n’ai pas réussi à rentrer l’université”, raconte Eric Cervantés, “je suis un exclu de l’éducation supérieure”.

« Je voudrais réussir à être quelqu’un, avoir une vie stable, faire des études, réussir à être cadre pour avoir une meilleure qualité de vie, c’est important de faire des études, la plupart du temps, les jeunes qui n’ont pas fait d’études, tu les vois dans la rue, en train de délinquer, je crois que c’est important de faire des études pour devenir meilleur et avoir une vie stable ».

Face à cette situation, « les exclus de l’éducation supérieure » tentent de s’organiser et se sont manifestés lundi 27 juillet à Mexico, pour exiger leur droit d’entrer à l’université publique.

Aux cris de « article 3 de la Constitution : éducation gratuite pour toute la nation », ou « il faut étudier, il faut étudier, ou tu deviendras policier », le cortège s’est rendu du métro Normal au Ministère de l’Education, où les manifestants ont demandé que les autorités répondent à leurs sollicitudes et construisent de nouvelles universités.

« Nous exigeons l’augmentation immédiate du nombre de places disponibles à la UNAM, à l’IPN et à la UAM, ainsi que la construction de nouvelles universités sur le modèle de la UNAM, de l’IPN et de la UAM »,  a fait savoir Atzelbi Hernández, porte-parole du MAES.

Mais tout prête à croire que cette année, les manifestants n’obtiendront pas satisfaction.

Face à la crise économique que traverse le Mexique, le Ministère du Budget et des Impôts a annoncé qu’il est nécessaire que les universités publiques réduisent leurs dépenses. Sans considération pour tous les jeunes qui ne trouvent déjà pas leur place dans les universités publiques. 

Advertisements
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :